Ni Putes Ni Soumises - Fransk feminisme i forstæderne

Lene Mølck & Julie Hannibal

Studenteropgave: Semesterprojekt

Abstrakt

Ni Putes Ni Soumises est une association féministe française qui combat la violence faite aux femmes et dont la plupart des membres viennent des banlieues et sont de confession musulmane. Ce sont les femmes des banlieues et les violences qu'elles subissent qui attirent le plus d'attention de NPNS. Par conséquent nous étudions comment se forment les structures de pouvoir dans les banlieues françaises selon NPNS. En employant les notions théoriques de Bourdieu comme les espèces de capital et l'espace social, l'habitus et la violence symbolique, nous analysons cette représentation à travers les discours de différents niveaux de communication de l'association. Cela veut dire que nous n'avons nullement l'ambition d'étudier une situation véritable ou réelle mais uniquement celle qui existe dans la communication de NPNS. Grâce à l'analyse que nous faisons, nous trouvons que l'association considère le capital islamiste religieux comme la forme de capital légitime dans les banlieues, donc celle qui donne du capital symbolique. D'après NPNS, ce capital a engendré beaucoup de violence et de soumission pour les femmes des quartiers, donc une domination masculine. L'analyse nous montre encore que l'association accuse une domination sociale des banlieues d'être la cause principale de la domination masculine puisqu'elle a permis aux islamistes de propager leurs valeurs dans les banlieues. Il s'ensuit de cette logique que la domination masculine ne disparaitra que si la domination sociale est abattue. Cependant, le discours sur la domination sociale est quasiment inexistant par rapport au discours sur la domination sexuelle. Ainsi, la focalisation de leur combat est-elle disproportionnée par rapport aux raisons du problème telles qu’elles sont formulées. Au lieu de cela, l'association se focalise sur le rapport de domination au sein des banlieues. Elle souhaite remplacer le capital islamiste religieux par un capital républicain féministe. Elle oppose les deux formes de capital de sorte que toute forme de capital religieux, islamiste ou pas, soit exclue de la vie publique dans les banlieues. La religion n'a aucune valeur pour NPNS hors la Mosquée, tandis qu'elle est la valeur principale pour les habitants des banlieues. Dans ces conditions, l'association est obligée de bouleverser toute la conception fondamentale du monde qu'en ont ses habitants, afin d'établir des valeurs républicaines, donc des valeurs laïques. Cela nous paraît extrêmement difficile. Au lieu d'exclure le capital religieux complètement des banlieues, nous nous demandons s'il ne serait peut-être pas plus réaliste pour NPNS d'essayer de le redéfinir. L'association affirme qu'elle représente un nouveau féminisme. Effectivement, il nous apparaît qu'elle représente un féminisme français classique nourri dans un cadre républicain. Bien que ce féminisme soit reconnu dans la société française, il n'a aucune légitimité dans les banlieues. Tout compte fait, il nous semble que deux éléments fondamentaux font obstacle à l'efficacité du combat féministe de NPNS. Dans un premier temps, il s'agit de l'absence d'un combat social dans la ligne du combat sexuel que mène l'association. Dans un second temps, nous estimons qu'une focalisation républicaine n'est pas la meilleure démarche pour promouvoir des valeurs féministes dans les banlieues.

UddannelserFransk, (Bachelor/kandidatuddannelse) Bachelor el. kandidat
SprogDansk
Udgivelsesdato22 jun. 2010

Emneord

  • Frankrig, forstæder, feminisme, Bourdieu, Ni Putes Ni Soumises